Projet de thèse en co-direction et financé par l’ANSES (2021-24) (PDF)

Impact d’une pollution lumineuse nocturne sur le métabolisme et la fertilité féminine chez un modèle animal diurne

Equipe « Horloges circadiennes et métabolisme » (Etienne Challet)

Equipe « Rythmes neuroendocriniens de la reproduction » (Valérie Simonneaux)

Institut des Neurosciences Cellulaires et Intégratives (CNRS et Université de Strasbourg)

L’exposition à la lumière artificielle pendant la nuit a des conséquences reconnues sur la santé humaine. Des études épidémiologiques indiquent que l’éclairage nocturne associé au travail posté, une situation socio-économique concernant 15-20% des travailleurs, augmente les risques de diabète et d’obésité, et perturbe la cyclicité menstruelle (Rapport de l’ANSES 2016). A l’heure actuelle, il est encore difficile de dissocier la part de l’impact direct de la lumière de celle indirecte de la désynchronisation du système circadien. Les preuves expérimentales démontrant les mécanismes impliqués dans les effets sanitaires de la pollution lumineuse sont difficiles à établir chez les sujets humains, et nécessitent l’utilisation de modèles animaux pertinents. Le phénotype nocturne des souris et rats de laboratoire est inadapté aux approches biomédicales impliquant les cycles journaliers, notamment rythmes veille-sommeil ou prise alimentaire-jeûne, car ces rythmes sont inversés par rapport au phénotype diurne des humains. De plus, l’essentiel des études sur l’impact des perturbations circadiennes est réalisé chez le mâle, ignorant ainsi l’effet sexe dans les analyses.
Dans ce contexte, ce projet vise à mieux comprendre les effets délétères de la pollution lumineuse sur la santé métabolique et la fertilité. Comme les humains, le Rat roussard (Arvicanthis) présente une phase diurne d’éveil et une phase nocturne de sommeil. Ce rongeur, élevé au Chronobiotron de Strasbourg, sera utilisé comme modèle animal diurne pour analyser les effets de la pollution lumineuse sur la santé dans une perspective biomédicale. Les protocoles impliqueront spécifiquement des rongeurs femelles, chez lesquelles l’activité de reproduction rythmique est potentiellement plus impactée. Deux protocoles expérimentaux de pollution lumineuse seront mis en oeuvre : l’un reproduira les conditions lumineuses du travail de nuit (exposition à de la lumière nocturne 5 jours/7), l’autre mimera les conditions lumineuses du travail posté (exposition à des rotations d’avance puis de retard de phase du cycle lumière-obscurité conduisant à une désynchronisation circadienne). La comparaison des résultats permettra de distinguer les effets directs de la lumière nocturne de ses effets désynchronisants sur les rythmes circadiens. Les phénotypes journaliers (activité locomotrice), métaboliques (masse corporelle, prise alimentaire, tolérance au glucose), et reproducteurs (cycle estrien, pic préovulatoire de LH) seront suivis longitudinalement sur les mêmes individus. Les perturbations neuroendocrines du métabolisme et de la reproduction seront quantifiées aux niveaux central et périphérique (notamment par hybridation in situ ou qPCR de gènes-cibles et par dosages ELISA d’hormones spécifiques à chaque fonction).
Profil du ou de la candidat(e) :
Titulaire d’un Master 2 ; Bonnes connaissances générales en physiologie du métabolisme et de la reproduction, neuroendocrinologie et neurosciences ; Expérience préalable de la manipulation des rongeurs.
Contacts : challet@inci-cnrs.unistra.fr et simonneaux@inci-cnrs.unistra.fr
Pour postuler, voir l’offre en ligne sur https://emploi.cnrs.fr/ (à partir du 12 juillet 2021)

Recrutement doctorant-e au Laboratoire Sciences Cognitives et Sciences
Affectives, Université de Lille

L’Équipe LANGAGE du Laboratoire SCALab (Sciences Affectives et Sciences
Cognitives, UMR9193, http://www.scalab.cnrs.fr/index.php/fr/) à
l’Université de Lille est à la recherche d’un-e candidat-e motivé-e pour
réaliser une thèse sur l’adaptation des représentations phonologiques
suite à des interactions sociales. Ce projet de thèse est financé dans
le cadre du projet ANR REaDY-SPOK intitulé « Adapting linguistic
representations during social interactions: a dynamic view of spoken
human communication ». Cette thèse s’effectuera dans l’équipe Langage du
laboratoire SCALab sous la direction d’Angèle Brunellière.

Informations générales sur le projet ANR REaDY-SPOK :
Dans les systèmes éducatifs standard, les apprenants sont exposés à des situations spontanées de communication orale avec des enseignants. Le projet a pour objectif de comprendre comment les indices qui apparaissent spontanément lors d’interactions sociales contribuent à l’apprentissage et la co-construction des connaissances. En ce sens, ce projet cherche à savoir comment la communication entre individus peut modifier leurs représentations mentales au point où leurs états mentaux deviennent de plus en plus similaires à mesure qu’ils interagissent à cause d’une adaptation de leurs représentations linguistiques. En combinant des approches psychologique et neuroscientifique, ce projet examine si les marqueurs de feedback servant à marquer la compréhension mutuelle, contribuent à l’adaptation des représentations linguistiques. Il s’agit aussi de déterminer si le feedback contribue à la prédiction en compréhension. Cette recherche fondamentale propose une approche dynamique de la communication orale et apporte une nouvelle vision théorique de la communication orale en envisageant une adaptation des représentations linguistiques à court et à long terme après une situation de dialogue. Il présente également des retombées directes pour l’éducation, étant donné que les situations d’apprentissage sont des situations où une personne tente de modifier les représentations d’une autre personne à travers la communication.

Durée du contrat : 3 ans


Date d’embauche prévue : 15 septembre 2021
Rémunération :  1 780 euro par mois (salaires bruts)
Niveau d’études souhaité : Bac+5
Date limite de candidature : 23/07/2021
Contact: angele.brunelliere@univ-lille.fr

Profil souhaité :


– Master en Psychologie ou en Sciences Cognitives ou en Neurosciences Cognitives
– Compétences méthodologiques et techniques : paradigmes expérimentaux en psychologie du langage ou en perception de la parole, données comportementales et EEG, si possible dans l’analyse de signaux de parole
– Rigueur dans son travail
– Intérêt pour la psychologie du langage, l’étude de la parole, la neurocognition du langage oral, les interactions sociales
– Maîtrise du français et facilité de rédaction

Dossier de candidature :

 

Les candidatures sont attendues dès maintenant et composées d’un CV, d’une lettre de motivation, de relevés de notes, un résumé des travaux antérieurs et d’au moins une lettre de référence.

Pièces à joindre au dossier, dans un fichier PDF unique :
– un CV
– une lettre de motivation
– la copie du relevé de notes de Master 2 et 1 et la copie du diplôme de
Master 2 (si disponible)
– un résumé des travaux antérieurs (Master 1 et Master 2)
– une lettre de référence
Les candidatures sont à envoyer à angele.brunelliere@univ-lille.fr.


Angèle BRUNELLIERE, PhD

Associate Professor
SCALab (Cognitive and Affective Science Lab)
University of Lille
Office A4-147

Postal address:
Rue du Barreau, BP 60149
59653 VILLENEUVE-D’ASCQ CEDEX, FRANCE

Phone: 00 33 (0)3 20 41 72 04