DOCTORAT EN SCIENCES DE LA VIE

Importance des voies d’élimination du cholestérol dans le système visuel et les interactions neurones-glie

Environnement de travail

Le(la) candidat(e) sera accueilli(e) au sein du Centre des Sciences du Gout et de l’Alimentation (CSGA). L’objectif général de cette unité de recherche est d’améliorer la compréhension des mécanismes physicochimiques, biologiques et psychologiques qui sous-tendent les perceptions sensorielles et le comportement alimentaire tout au long de la vie. Compte tenu de la pluridisciplinarité des approches envisagées pour ce projet, la thèse sera menée à la fois au sein de l’équipe « Perception Sensorielle, Interactions Glie/Neurones » et au sein de l’équipe « Œil, Nutrition et Signalisation ». La première cherche à comprendre comment les odeurs qui permettent de repérer un danger, trouver de la nourriture ou communiquer entre individus, sont traitées par le cerveau pour modifier le comportement. Elle utilise la drosophile comme modèle d’étude de neurogénétique pour décrypter les mécanismes moléculaires et cellulaires qui permettent à un individu de percevoir ces signaux chimiques présents dans l’environnement. La seconde s’attache à étudier le rôle des lipides dans la physiologie de la rétine et dans ses dysfonctionnements en lien avec le développement des rétinopathies. Elle utilise une approche translationnelle menée à la fois sur des modèles expérimentaux (cellulaires et animaux) et dans le cadre d’études chez l’homme.

Contexte et objectifs

Le cholestérol est un composant majeur de la membrane des cellules animales, essentiel à leur structure et jouant un rôle clé dans la modulation de nombreuses voies de signalisation. Les neurones sont particulièrement dépendants de l’apport en cholestérol car l’intégrité de leurs membranes est requise pour la transmission du signal nerveux. Ainsi, il a été montré qu’un excès ou un défaut de ce composé est neurotoxique et plusieurs maladies neurodégénératives (Alzheimer, Huntington…) ont été associées à des perturbations de son homéostasie (1). Une régulation fine de son métabolisme repose sur l’existence de mécanismes de coordination entre les actions des cellules gliales et nerveuses, les premières assurant la synthèse du cholestérol et les secondes sa consommation et son élimination (2). Dans la rétine, extension directe du système nerveux central, le métabolisme du cholestérol est moins bien connu que dans le cerveau. Il fait cependant l’objet d’une attention croissante, notamment dans le cadre de la dégénérescence maculaire liée à l’âge pour laquelle son accumulation à la base de la rétine est proposée comme un mécanisme physiopathologique (3). Deux voies d’élimination du cholestérol co-existent dans la rétine : sa conversion en oxystérols via l’action de plusieurs cholestérol hydroxylases, dont CYP27A1, et son export vers la circulation sanguine via les lipoprotéines (4). Les précédents travaux menés au sein de notre laboratoire ont montré que le métabolisme du cholestérol rétinien est perturbé chez le rat dans un modèle de glaucome, pathologie neurodégénérative cécitante. En particulier, l’expression du gène de l’enzyme CYP27A1 ainsi que celle du transporteur ABCA1, impliqué dans l’efflux du cholestérol via les lipoprotéines, sont largement affectées (5). Nous avons également montré que les cellules de Müller, principales cellules gliales de la rétine possèdent la machinerie nécessaire à la biosynthèse et à l’export du cholestérol et qu’elles sont capables de moduler son métabolisme en réponse à une molécule signal synthétisée par les neurones (6).

L’objectif de ce projet de thèse est de déterminer l’importance des voies d’élimination du cholestérol dans le système visuel et les interactions neurones-glie. En particulier, il visera à caractériser quels sont les effets d’une inhibition de l’expression de CYP27A1 et ABCA1 spécifiquement dans les neurones ou les cellules gliales rétiniennes sur le métabolisme du cholestérol et l’intégrité structurale et fonctionnelle de la rétine. Enfin, ce projet tentera de valider des associations entre des polymorphismes génétiques de ces acteurs et le glaucome chez l’Homme.

Pour cela, trois approches complémentaires seront envisagées. Tout d’abord, le modèle génétique drosophile sera mis en œuvre pour son efficacité dans l’exploration des voies et mécanismes de signalisation neuronales (7-9). L’expression d’une série d’orthologues de CYP27A1 et ABCA1 sera inhibée par interférence ARN spécifiquement dans les neurones ou les cellules gliales de façon à documenter les conséquences sur le système visuel et le métabolisme du cholestérol. Dans un second temps, l’importance des acteurs moléculaires et cellulaires mis en évidence par cette première approche sera vérifiée sur un modèle rongeur. L’état physiologique de la rétine sera pour cela évalué sur des animaux dont l’expression de CYP27A1 ou ABCA1 aura été inhibée spécifiquement dans les neurones ou les cellules gliales. Enfin, l’association entre les polymorphismes des gènes de CYP27A1 et ABCA1 et le glaucome, maladie neurodégénérative de la rétine associée au vieillissement, sera recherchée à l’aide de données de Genome Wide Association Study. Ce projet devrait ainsi permettre de mieux comprendre les liens entre cholestérol et neurobiologie de la rétine, en conditions physiologiques et pathologiques liées à l’âge.

Bibliographie :

(1) Vance JE. Dysregulation of cholesterol balance in the brain: contribution to neurodegenerative diseases. Dis Model Mech. 2012;5:746-755.

(2) Pfrieger FW and Ungerer N. Cholesterol metabolism in neurons and astrocytes. Progress in lipid research. 2011;50(4):357-71.

(3) Pikuleva IA and Curcio CA. Cholesterol in the retina: the best is yet to come. Prog Retin Eye Res. 2014;41:64-89

(4) Fliesler SJ and Bretillon L. The ins and outs of cholesterol in the vertebrate retina. J Lipid Res. 2010;51(12):3399-413.

(5) Leger-Charnay E et al. Retinal cholesterol metabolism is perturbated in response to experimental glaucoma in the rat. Submitted to PLOSONE

(6) Leger-Charnay E et al. Is 24(S)-hydroxycholesterol a potent modulator of cholesterol metabolism in Muller cells? An in vitro study about neuron to glia communication in the retina. Exp Eye Res. 2019;189:107857.

(7) Phillips SE et al. Neuronal loss of Drosophila NPC1a causes cholesterol aggregation and age-progressive neurodegeneration. J Neurosci. 2008;28(26):6569-82.

(8) Manière G et al. Growth regulation by amino acid transporters in Drosophila larvae. Cell Mol Life Sci. 2020; doi: 10.1007/s00018-020-03535-6.

(9) Galagovsky D et al. Sobremesa L-type Amino Acid Transporter Expressed in Glia Is Essential for Proper Timing of Development and Brain Growth. Cell Rep. 2018;24(12):3156-3166.e4.

Missions et activités

Afin de répondre aux objectifs du projet de thèse, le(la) candidat(e) devra :

  • dans le cadre de la 1e approche chez la drosophile : créer et élever des lignées mutantes, phénotyper les lignées en caractérisant la structure et la fonction du système visuel (immunomarquage et phototactisme), identifier les voies de signalisation impactées (microarray), caractériser le métabolisme du cholestérol (GC-FID, LC-MS, RT-qPCR, WB).
  • dans le cadre de la 2e approche chez le rongeur :  inhiber l’expression de la cible, CYP27A1 ou ABCA1, dans les cellules gliales ou les neurones ((interférence ARN par injection intravitréenne d’AAV ou système tissu-spécifique Cre-lox), caractériser le métabolisme du cholestérol (GC-FID, LC-MS, RT-qPCR, WB), étudier l’intégrité structurale (immunomarquage sur rétine à plat et coupes) et fonctionnelle de la rétine (électrorétinographie, optocinétique).
  • dans le cadre de la 3e approche chez l’Homme : participer à l’étude de l’association entre glaucome et variants des gènes de CYP27A1 et ABCA1 à partir des données de cohorte précédemment acquises grâce à une collaboration avec les épidémiologistes du laboratoire « Population Health Research Center », Inserm, Université de Bordeaux.

Formations et compétences recherchées

Le(la) candidat(e) devra posséder de solides connaissances théoriques en biologie moléculaire et cellulaire et en neurosciences. Une connaissance du métabolisme du cholestérol et du système visuel serait un plus. Il(elle) devra connaitre les techniques de biochimie et de biologie moléculaire courantes (RT-qPCR, western blotting…). Il(elle) devra pouvoir justifier d’une expérience en immunohistochimie et en microscopie confocale. Une expérience in vivo avec la drosophile et/ou le rongeur sera également appréciée.

Le(la) candidat(e) devra présenter de bonnes qualités relationnelles de façon à s’intégrer dans les différentes équipes d’accueil. Il(elle) devra savoir gérer son temps et hiérarchiser les priorités, être autonome dans son travail, pouvoir être force de proposition sur le projet et savoir prendre des initiatives. Il(elle) devra également être rigoureux et posséder de bonnes capacités rédactionnelles.

Encadrement et renseignements administratifs

Directeur HDR : Dr Niyazi ACAR (Equipe “Œil », nutrition et signalisation cellulaire »)

Co-directeur : Dr Georges ALVES (Equipe « Perception Sensorielle, Interactions Glie/Neurones »)

Co-directrice : Dr Elodie MASSON (Equipe “Oeil, nutrition et signalisation cellulaire »)

Coordonnées du laboratoire : Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation, 9E bvd Jeanne d’ARC, 21000 Dijon, France.

Début de la thèse : octobre 2021

Financement de la thèse : département AlimH INRAE – région Bourgogne Franche-Comté

Financement du projet associé : région Bourgogne Franche-Comté

Pour toutes questions ou renseignements complémentaires merci de contacter Georges ALVES ou Elodie MASSON.

Vos candidatures (CV, lettre de motivation et relevés de notes et résultats en M1 et M2) sont à adresser à Niyazi ACAR (niyazi.acar@inrae.fr), Georges ALVES (georges.alves@u-bourgogne.fr) et Elodie MASSON (elodie.masson@inrae.fr) avant le 9 juillet 2021

Les entretiens auront lieu le 19 juillet 2021. Les candidates et candidats retenus pour ce doctorat présenteront leur parcours ainsi que leur adéquation au projet de thèse (15 minutes de présentation  + 15 minutes de questions) devant un jury comprenant notamment les futurs encadrants et un membre du conseil de l’école doctorale Environnements Santé de l’Université de Bourgogne Franche Comté.

Profil  contrat doctoral 2021-2024 (fichier word)

Titre

Evaluation de l’impact des huiles essentielles sur la résistance aux antibiotiques de Pseudomonas aeruginosa cultivé seul ou en association avec d’autres pathogènes isolés des poumons des patients atteints de mucoviscidose.

 

Contexte et objectifs

La bactérie pathogène Pseudomonas aeruginosa est responsable d’une altération de la fonction pulmonaire chez les malades atteints de mucoviscidose (Cystic Fibrosis, CF). Elle provoque des surinfections bronchiques qui sont difficiles à éradiquer en raison de sa résistance naturelle aux antibiotiques et de sa capacité d’adaptation à l’environnement pulmonaire des patients CF. Aujourd’hui, l’usage des Huiles Essentielles (HEs) est une pratique répandue (chez 30% des malades), en complément des antibiotiques, pour lutter contre cette espèce bactérienne, même si les modalités d’utilisation restent floues et ne font pas l’objet de recommandations nationales. Depuis plusieurs années, nos travaux portent sur l’étude de la résistance aux antibiotiques chez P. aeruginosa et très récemment, nous avons montré que les HEs pouvaient induire une résistance aux antibiotiques, rendant ces composés inefficaces (Tetard et al., 2019 ; Tetard et al., submitted). Cet antagonisme s’explique en partie par la surproduction de systèmes d’efflux actifs bactériens (MexAB-OprM, MexCD-OprJ, MexEF-OprN et/ou MexXY/OprM) qui renvoient dans le milieu extracellulaire les composés toxiques (dont les antibiotiques) et dont les voies d’induction ne sont pas encore totalement élucidées (NalC pour MexAB-OprM et CmrA pour MexEF-OprN) ; il est également dû à des interactions chimiques directes entre les HEs et les antibiotiques qui neutralisent leur pouvoir bactéricide. Nous sommes convaincus que ces phénomènes ne doivent pas être négligés, et qu’ils pourraient en partie expliquer les échecs thérapeutiques vis-à-vis de souches qui pourtant sont sensibles aux antibiotiques in vitro.

Pour étudier plus largement ce phénomène, nous souhaitons effectuer un criblage à grande échelle de l’activité des antibiotiques les plus fréquemment utilisés en thérapeutique anti-Pseudomonas avec et sans extraits d’HEs et ce, sur une collection de souches cliniques représentatives des phénotypes de résistance les plus fréquemment identifiés. Cette première étape sera effectuée grâce au robot pipetteur EVO75 (TECAN) présent au Centre National de Référence de la résistance aux Antibiotiques (CHU, Besançon). Les extraits d’HEs induisant un effet antagoniste majeur en présence d’antibiotiques feront l’objet d’une étude moléculaire approfondie. Ainsi, les gènes impliqués dans la résistance aux antibiotiques (tels que ceux codant les pompes d’efflux et leurs régulateurs) seront mesurés par RT-qPCR et ceux dont l‘expression est modifiée seront inactivés par délétion génique (technique SLIC, Sequence- and ligation-independent cloning) afin d’identifier leur rôle dans le phénomène d’antagonisme.

Nous étudierons également les interactions des HEs avec la membrane bactérienne afin de comprendre si les HEs empêchent le passage des antibiotiques au travers de la membrane bactérienne. Pour cela, et grâce aux propriétés fluorescentes naturelles des HEs et de certains antibiotiques, nous suivrons en temps réel par microscopie à fluorescence, l’effet de l’association de ces molécules sur la fluidité et la perméabilité de la membrane bactérienne, ainsi que sur la vitalité des bactéries (LIVE/DEAD). Cette partie du travail sera réalisée en étroite collaboration avec l’UMR PAM et la plateforme de microscopie DimaCell (A02.102, AgroSup, Dijon). Étant donné que des interactions chimiques sont possibles entre les antibiotiques et les extraits d’HEs avant même tout contact avec la bactérie, nous évaluerons cette hypothèse en cherchant à mettre en évidence la formation de complexes chimiques à l’aide de la spectroscopie Raman (UMR 6249, Besançon) et la High Resolution Mass Spectrometry (HRMS) (UMR 7242, Strasbourg). Par ailleurs, nous avons observé que l’effet antagoniste des extraits d’HEs de cannelle et de citronnelle avec les antibiotiques était transitoire, en raison de la dégradation de ces composés par la bactérie. Afin de mettre en évidence le catabolisme des HEs sélectionnées, les métabolites seront extraits, après ou sans contact avec les bactéries, et séparés par HPLC ou TLC (EA4267 PEPITE, Besançon).

Enfin, la toxicité des HEs étant différente d’une espèce bactérienne à l’autre, nous comparerons l’effet de ces molécules naturelles sur P. aeruginosa lorsqu’il est cultivé de manière isolée puis, lorsqu’il est en présence d’autres espèces bactériennes ou fongiques telles que celles isolées dans la mucoviscidose (Staphylococcus aureus, Aspergillus flavus). Le poumon CF étant typiquement une infection mixte, il semble intéressant de nous pencher sur cette question car les micro-organismes ont des sensibilités très différentes aux HEs. L’utilisation de ces molécules pourrait ainsi modifier les équilibres qui se produisent entre les différents pathogènes dans le poumon des malades et favoriser l’implantation d’espèces bactériennes comme P. aeruginosa, un phénomène qui n’a été très peu étudié dans la mucoviscidose (Pekmezovic et al., 2016). A partir de souches de référence ou de souches isolées de patients CF de différents phénotypes (mutants rough, small colony variant, souches mucoïdes, souches hypermutatrices, hypersensibles aux ß-lactamines…), des cultures de P. aeruginosa, S. aureus et A. fumigatus seront exposées à différentes concentrations de molécules extraites d’HEs (cinnamaldéhyde, carvacrol, citral, eugénol…) afin de connaître leur sensibilité à ces composés naturels (Concentrations Minimales Inhibitrices). Par la suite, ces mêmes souches seront co-cultivées (P. aeruginosa/S. aureus ou P. aeruginosa/A. fumigatus) en présence d’extraits d’HEs (en collaboration avec les mycologues de l’UMR 6249, Besançon). Les différentes populations bactériennes seront ensuite dénombrées par cytométrie en flux après un marquage fluorescent (gfp, mcherry) ou après culture sur des milieux spécifiques. L’impact des associations antibiotiques/HEs sera finalement testé ex-vivo sur les bactéries présentes dans les expectorations des patients atteints de mucoviscidose (étude clinique ULTIMO en collaboration avec le CRCM du CHU de Besançon) ; les résultats seront comparés selon la consommation d’HEs renseignée par les patients. L’impact des HEs sur P. aeruginosa directement dans les expectorations permettra de révéler éventuellement d’autres « compétiteurs » (hors P. aeruginosa, S. aureus et A. fumigatus) non ciblés dans l’étude in vitro. Au final, ce projet nous permettra d’établir dans quelle mesure l’utilisation répétée d’HEs, ne concourt pas à la disparition de S. aureus et à l’installation de P. aeruginosa/A. fumigatus dans le poumon CF. A plus long terme, nous espérons pouvoir formuler des recommandations auprès de ces patients sur le bon usage des HEs lorsqu’elles sont utilisées en combinaison avec des antibiotiques.

 

 

Calendrier prévisionnel

Première année : Évaluation de l’effet bactéricide de différents extraits d’HEs et mise en évidence d’éventuels effets synergiques et/ou antagonistes avec les antibiotiques chez des souches de P. aeruginosa. Étude des supports génétiques bactériens à l’origine de la résistance croisée antibiotiques/HEs.

Deuxième année : Étude par microscopie à fluorescence de l’interaction des antibiotiques avec la membrane bactérienne en présence ou non d’HEs (suivi cinétique de la fluorescence, suivi de la fluidité membranaire, marquage live/dead).

Troisième année : Étude de l’association antibiotiques/HEs sur P. aeruginosa cultivé avec d’autres pathogènes appartenant au microbiote pulmonaire (numération, étude de la résistance).

Financement

Projet région Bourgogne Franche-Comté 2021-2024 ANBALE (AdaptatioN des BActéries aux huiLes Essentielles).

Directeur de thèse :

Catherine Llanes,

PhD, HDR, microbiologiste.

cllanesb@univ-fcomte.fr

+ 33 (0)3 63 08 22 76 (75)

Lieu de la thèse :

UMR CNRS 6249 Chrono-Environnement

UFR Sciences de la Santé – 19, rue Ambroise Paré – 25030 Besançon

https://chrono-environnement.univ-fcomte.fr/

Ecole doctorale :

Environnement – Santé

Besançon/Dijon

Accueil

 

Dans le cadre de l’ANR COMTACT (Comprehension of the perceptual outcomes of touch) coordonné par Laurence Mouchnino, nous proposons une thèse de doctorat sur le thème : Compréhension du toucher et de sa dimension hédonique.

La thèse sera co-dirigée par Arnaud Witt, MCF au LEAD de Dijon, et Jenny Faucheu Pr. à l’Ecole des Mines de Saint-Étienne, et débutera en octobre 2021.

Le doctorant sera basé à Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté, au sein du LEAD (http://leadserv.u-bourgogne.fr/fr/), Laboratoire d’étude de l’apprentissage et du développement, et pourra être amené à se déplacer dans le cadre de collaborations avec des membres du GDR TACT (http://gdr.tact.uha.fr/le-laboratoire/), groupe de recherche pluridisciplinaire sur le toucher qu’il intégrera. Cet environnement riche permettra au doctorant de collaborer avec des chercheurs de plusieurs disciplines (Neurosciences, Psychologie, Psychophysique, Science des matériaux et des structures, Physique et Mécanique, etc.) et de présenter régulièrement le fruit de leurs recherches. Des collaborations dans les domaines de l’ingénierie (conception des matériaux) et de la santé (ergothérapie et suppléance sensorielle par le toucher) sont également possibles. Son travail consistera principalement à étudier les liens entre propriétés physiques des matériaux (polymères et textiles principalement) et perception hédonique de ces derniers. Les études seront menées à l’aide de mesures comportementales (mesures psychophysiques, questionnaires, napping) et physiologiques (mesure de l’activité électrodermale et cardiaque). Le doctorant sera épaulé par des stagiaires de Master 1 et 2 qu’il devra co-encadrer.

Formation et qualités : Master 2 de Psychologie Cognitive, Neurosciences ou Neuropsychologie. Maîtrise du français et de l’anglais, autonomie, rigueur et qualités relationnelles sont nécessaires. Une expérience dans la conduite d’études psychophysiques et/ou de mesures physiologiques sera un plus.

 

Pour candidater : Les candidatures sont à envoyer par mail à Arnaud Witt (arnaud.witt@u-bourgogne.fr) et Jenny Faucheu (faucheu@emse.fr). Merci de joindre un CV, une lettre de motivation, ainsi que les relevés de notes Licence et Master. La date limite de candidature est fixée au vendredi 30 avril 2021. Les auditions pour les candidats retenus auront lieu le vendredi 7 mai à partir de 9h (par visioconférence).

 

Contexte théorique : Le toucher est un des sens les moins étudiés. Pourtant, il est le sens le plus à même de traiter la texture des objets que nous manipulons au quotidien. Cette propriété des matériaux nous permet de les identifier en l’absence de vision (dans le cas de la cécité visuelle, dans l’obscurité, ou lorsque nous cherchons un objet dans notre poche), d’évaluer leur qualité ou encore de les juger agréables ou désagréables. Lors de récents travaux, nous avons tenté de relier les caractéristiques topographiques de surfaces texturées à leurs attributs perceptifs (e.g., Faucheu et al., 2019). L’emploi d’autres approches expérimentales (mesures comportementales et physiologiques), et l’extension de ces travaux à d’autres types de textures (textiles par exemple) devraient nous permettre de mieux comprendre ce qui détermine la valence et l’intensité de la perception hédonique des textures. Par ailleurs, les individus diffèrent grandement dans leur « besoin de toucher », par exemple, lorsqu’ils font des achats ou interagissent avec les autres. Ce besoin de toucher varie en fonction de sa dimension autotélique qui renvoie à la mesure dans laquelle le toucher est conçu comme une fin en soi (Peck & Childers, 2003). Si la sensibilité au toucher agréable apparaît tôt dans le développement (Fairhurst et al., 2014), certaines personnes montrent une aversion pour le toucher (Wilhelm et al., 2001). Pour ces raisons, ce projet s’intéressera également aux caractéristiques individuelles (cognitives, traits de personnalité, rapport au toucher, etc.) susceptibles de médiatiser les relations entre caractéristiques topographiques et attributs perceptifs des textures. Les travaux menés dans le cadre de ce projet devraient permettre par conséquent :

  1. D’établir des procédures innovantes pour évaluer la perception hédonique des textures.
  2. De caractériser les textures en fonction de propriétés topographiques et perceptives.
  3. De contribuer à une modélisation plus complète de la compréhension du toucher.

Références.

Faucheu, J., Weiland, B., Juganaru-Mathieu, M., Witt, A., & Cornuault, P. H. (2019). Tactile aesthetics: textures that we like or hate to touch. Acta psychologica, 201, 102950.

Fairhurst, M. T., Löken, L., & Grossmann, T. (2014). Physiological and behavioral responses reveal 9-month-old infants’ sensitivity to pleasant touch. Psychological science, 25(5), 1124-1131.

Peck, J., & Childers, T. L. (2003). Individual differences in haptic information processing: The “need for touch” scale. Journal of Consumer Research, 30(3), 430-442.

Wilhelm, F. H., Kochar, A. S., Roth, W. T., & Gross, J. J. (2001). Social anxiety and response to touch: incongruence between self-evaluative and physiological reactions. Biological psychology, 58(3), 181-202.

 

English version.

As part of the ANR COMTACT (Comprehension of the perceptual outcomes of touch) coordinated by Laurence Mouchnino, we are offering a doctoral thesis on the theme: Understanding of touch and its hedonic dimension. The thesis will be co-supervised by Arnaud Witt, MCF at LEAD in Dijon, and Jenny Faucheu Pr. at Ecole des Mines de Saint-Étienne, and will start in October 2021.

The Phd student will be based in Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté, LEAD (http://leadserv.u-bourgogne.fr/fr/), Laboratory for the study of learning and development, and will collaborate with members of GDR TACT (http://gdr.tact.uha.fr/le-laboratoire/), a multidisciplinary research group on touch that the Phd student will join. This stimulating environment will allow the Phd student to collaborate with researchers from several disciplines (Neurosciences, Psychology, Psychophysics, Materials and Structures Science, Physics and Mechanics, etc.) and to regularly present their results. Collaborations in the fields of engineering (material design) and health (occupational therapy, tactile tools for blind people, etc.) are also possible. The work will mainly consist in studying the links between physical properties of materials (polymers and textiles) and hedonic perception. Experiments will be carried out using behavioral (psychophysics, questionnaires, napping) and physiological (electrodermal and cardiac activity) measurements. The Phd student will be supported by Master students whom he will co-supervise.

Education and qualifications: Master 2 in Cognitive Psychology, Neurosciences or Neuropsychology. Fluency in French and English, autonomy, rigor and interpersonal skills are required. Experience in conducting psychophysical studies and/or physiological measurements will be a great asset. To apply : Applications should be sent by email to Arnaud Witt (arnaud.witt@u-bourgogne.fr) and Jenny Faucheu (faucheu@emse.fr). Please attach a CV, a cover letter, and the Bachelor and Master transcripts. The application deadline is Monday April 30, 2021. Auditions for selected candidates will be held on Friday May 7,2021 from 9 a.m. (by videoconference).

Theoretical background: Although touch provides a rich variety of information about environment, relatively little is known about tactile cognition. Touch allows us to identify objects in the absence of vision (in the case of visual blindness, in the dark, or when we are looking for an object in our pocket), to evaluate objects’ quality, or to judge the pleasantness of materials via their texture. In recent works, we aimed to relate the topographical characteristics of textured surfaces to their perceptual attributes (e.g., Faucheu et al., 2019). The use of behavioral and physiological measurements, and the extension of these works to other textures (textiles for example) should allow us to better understand what determines the valence and intensity of the hedonic perception of textures. In addition, people differ greatly in their « need for touch” when purchasing objects or interacting with others. This “need for touch” varies according to its autotelic dimension which refers to the extent to which touch is conceived as an end in itself (Peck & Childers 2003). Although pleasant touch sensitivity appears early in development (Fairhurst et al., 2014), some people show an aversion to touch (Wilhelm et al., 2001). For these reasons, this project will also investigate individual characteristics (cognitive, personality traits, the way people relate to touch, etc.) likely to mediate the relationships between topographic properties and perceptual attributes of textures. The work carried out within the framework of this project should therefore allow:

  1. To establish innovative procedures to assess the hedonic perception of textures.
  2. To characterize the textures according to topographic and perceptual properties.
  3. To contribute to the better understanding of touch.

Offre Thèse de sciences en Santé publique (PDF)

Structure d’accueil : Equipe EPICAD (Epidémiologie et recherche clinique en cancérologie digestive) : elle est composée d’épidémiologistes, de médecins, de statisticiens, de data managers et d’une économiste. Elle a pour objectif de développer une recherche clinique et épidémiologique visant à améliorer la prévention et la prise en charge des patients atteints d’un cancer digestif. Au-delà de la surveillance de l’incidence et de la mortalité de ces cancers, l’équipe EPICAD développe des recherches portant sur l’évaluation de nouvelles stratégies thérapeutiques, sur l’identification de biomarqueurs permettant d’identifier plus tôt les récidives éventuelles, l’évaluation des pratiques et des inégalités en matière de santé. Elle s’appuie sur les données fournies par deux registres (registre bourguignon des cancers digestifs et registre des polypes coliques) auquel est adossée une tumorothèque, sur le centre de traitement des données de la Fédération Francophone de Cancérologie digestive et sur différentes études épidémiologiques de grande ampleur. Elle s’appuie sur des méthodes quantitatives innovantes et mobilise également des méthodologies utilisées dans la recherche qualitative, collaborant ainsi manière étroite avec des sociologues de la santé dijonnais et plus largement avec les équipes de sciences humaines et sociales de Dijon et Besançon.
Sujet de thèse : il s’agira de développer un travail de recherche sur le thème de l’incertitude et du rapport bénéfice-risque dans le champ de l’innovation thérapeutique en oncologie. Ce travail sera composé de deux volets : un volet quantitatif visant à contextualiser l’innovation et un volet qualitatif constitué d’entretiens semi-directifs à destination de patients atteints d’un cancer, de médecins et des proches-aidants. Un travail bibliographique consistant à définir le principe d’innovation et de bénéfice-risque servira de socle commun aux deux approches prévues.

Encadrement : La réalisation de ce travail de thèse se fera sous la responsabilité du Dr Catherine Lejeune, Maître de Conférences en économie de la santé et du Pr Christine BINQUET, médecin de Santé publique et responsable Centre d’Investigation Clinique de Dijon (Inserm CIC1432), toutes deux membres de l’équipe EPICAD. Un groupe de travail composé par ailleurs de deux sociologues de la santé, les Dr Nicolas Meunier-Beillard, sociologue de la santé – Docteur en Santé publique et Aurélie Godard-Marceau, Docteure en sociologie et démographie participeront étroitement à l’encadrement de ce travail.

Financement : Ce travail de doctorat est financé pour une durée de 3 ans par le LABEX LipSTIC (Lipoprotéines et Santé : Prévention et Traitement des Maladies Inflammatoires Non-Vasculaires et du Cancer) et le conseil régional Bourgogne-France Comté.
Diplômes requis : Master 2 en sociologie de la santé ou en économie de la santé ou en Santé publique
Compétences :

Savoir faire
– Savoir mener des entretiens qualitatifs individuels, les transcrire et les analyser
– Savoir exploiter les bases de données bibliographiques médicales (type Medline)
– Savoir manipuler des bases de données et utiliser les analyses statistiques descriptives
– Utiliser les logiciels bureautiques et statistiques
– Lire et écrire l’anglais scientifique
– S’avoir s’approprier de nouvelles méthodes
– Savoir communiquer, transmettre ses connaissances et exposer ses résultats

Aptitudes :
– Goût pour le travail en équipe et le travail en multidisciplinarité
– Rigueur et précision
– Capacité d’adaptation et de communication avec des populations diverses, vulnérables
– Capacités rédactionnelles
– Esprit d’initiative et ouverture d’esprit
– Diplomatie et sens du dialogue
– Respect de la confidentialité
– Autonomie

CONTACTS : Candidature (lettre de motivation + CV) à adresser à :
Dr Catherine Lejeune et Pr Christine BINQUET,
UFR des Sciences de Santé – 7 bd jeanne d’Arc – BP 87900- 21079 DIJON Cedex.
E-Mail : catherine.lejeune@u-bourgogne.fr ET christine.binquet@u-bourgogne.fr